La chaumière africaine

Charlotte Dard

  • Date de parution : 01/01/05
  • Editeur : L’Harmattan
  • ISBN : 2-7475-8096-2
  • Nb. de pages : 156 pages

C’est une femme qui, la première, a offert une vision de l’Afrique noire au public français du dix-neuvième siècle. Charlotte Adélaïde Dard est sans doute aussi une des seules femmes à avoir survécu à un naufrage et à rapporter cette épreuve dans un livre. Ouvrage hétéroclite, composé de scènes sentimentales et personnelles, de relations de faits historiques et politiques, de descriptions géographiques et anthologiques du Sénégal, La Chaumière africaine illumine la classe moyenne colonisatrice à laquelle l’auteure appartient, les conditions matérielles et politiques de la colonisation en Afrique au début du dix-neuvième siècle, et les rapports entre Noirs et Blancs. Bien qu’elle ait été témoin oculaire du drame de La Méduse et de la colonisation de l’Afrique au début du dix-neuvième siècle, Charlotte Dard est restée jusqu’à nos jours pratiquement inconnue. Qui est cette femme et quelles furent ses expériences ? Qu’est-ce qu’elle nous apprend de l’affaire de La Méduse ? Quelles en étaient les implications politiques ? Quelle est l’importance historique et littéraire de La Chaumière africaine ? En apportant des réponses à ces questions, cette réédition nous permet enfin de connaître Charlotte Dard elle-même et son ouvrage. Depuis la jeune fille de dix-huit ans qui part de Paris en 1816 jusqu’à la femme mûre qui publie ce livre huit ans plus tard, La Chaumière africaine nous présente une personne forte, active, déterminée et engagée : un des visages de la femme française des siècles passés qu’il importe de connaître.

Coup de coeur Soumbala: (La première édition date de 1824 et comporte gravure et cartes) Après des expériences commerciales malheureuses, Monsieur Picard, le père de Charlotte Adélaïde, greffier à St Louis perdra sa charge et se lancera dans la colonisation agricole sur une île du fleuve Sénégal (au sud de Saint-Louis) qu’il habitera assez misérablement avec ses filles (l’une épousera l’instituteur Jean Dard et la seconde le fameux Richard, agronome qui donnera son nom à Richard-Tol). Un véritable roman d’aventures qui force le respect pour celles qui vécurent dans des conditions aussi difficiles. Passionnant.

http://lib-soumbala-afrique-scienceshumaines.blogspot.fr/

 

Publicité
Article précédent
Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :