Notre Dame du Nil: Prix Océans France Ô 2012 attribué à Scholastique Mukasonga

Parrainé par Alain Mabanckou et en partenariat avec Babelio.com, ce nouveau prix initié par France Ô récompense un roman écrit en français mettant en lumière les valeurs d’ouverture sur le monde, d’échanges, de dialogue des cultures et d’humanisme publié dans les douze mois précédant la sélection.

L’écrivaine rwandaise est élue au premier tour de scrutin à 7 voix pour Notre-Dame du Nil, éditions Gallimard, contre 5 voix pour Rêves oubliés de Léonore de Recondo, éditions Sabine Wespieser.
Ce prix lui a été décerné le lundi 7 janvier.

lien

  • Date de parution : 01/03/12
  • Editeur : Gallimard (Editions)
  • Collection : continents noirs
  • ISBN : 978-2-07-013342-0
  •  222 pages

Au Rwanda, un lycée de jeunes filles perché sur la crête Congo-Nil, à 2 500 mètres d’altitude, près des sources du grand fleuve égyptien. Les familles espèrent que dans ce havre religieusement baptisé Notre-Dame du Nil, isolé, d’accès difficile, loin des tentations de la capitale, leurs filles parviendront vierges au mariage négocié pour elles dans l’intérêt du lignage. Les transgressions menacent au cœur de cette puissante et belle nature où par ailleurs un rigoureux quota  » ethnique  » limite à 10 % le nombre des élèves tutsi.
Sur le même sommet montagneux, dans une plantation à demi abandonnée, un  » vieux Blanc « , peintre et anthropologue excentrique, assure que les Tutsi descendent des pharaons noirs de Méroé. Avec passion, il peint à fresques les lycéennes dont les traits rappellent ceux de la déesse Isis et d’insoumises reines de Candace sculptées sur les stèles, au bord du Nil, il y a trois millénaires. Non sans risques pour la jeune vie de l’héroïne, et pour bien d’autres filles Prélude exemplaire au génocide rwandais, le huis clos où doivent vivre ces lycéennes bientôt encerclées par les nervis du pouvoir hutu, les amitiés, les désirs et les haines, les luttes politiques, les complots, les incitations aux meurtres raciaux, les persécutions sournoises puis ouvertes, les rêves et les désillusions, les espoirs de survie, fonctionne comme un microcosme existentiel fascinant de vérité, décrit d’une écriture directe et sans faille.
Scholastique Mukasonga, rescapée du massacre des Tutsi, nous donne ici son premier roman, où des jeunes filles à mains nues tentent d’échapper à l’Histoire monstrueuse qui a décimé sa propre famille.

Léodine l’africaine

Albert Russo

  • Date de parution : 15/09/11
  • Editeur : Ginkgo
  • Collection : Lettres d’ailleurs
  • ISBN : 978-2-84679-095-6
  • EAN : 9782846790956
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 205 pages

Ce livre raconte l’enfance et l’adolescence de Léodine, fille de colons. Née au Congo Belge au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle apprend adolescente que dans ses veines coule du sang noir, celui de son arrière grand-mère, esclave en Louisiane. Cela va changer sa perception du monde. Mais peut-on changer  » qui l’on est  » Albert Russo est l’écrivain par excellence du métissage. Nous allons du Noir au Blanc, de l’homme à la femme, de l’Afrique à l’Amérique du Nord.
Il nous fait réfléchir sur nos origines. La description qu’il fait du Rwanda et de la région des Grands Lacs incite à la réflexion. Nous la connaissons surtout aujourd’hui pour tes massacres qui ont eu lieu entre Hutus et Tutsis. Russo nous parle d’un paradis perdu, là où nous nous souvenons de l’enfer. Toute la beauté du Congo dans un tourbillon d’odeurs, de jeux de lumière, de sensualités qui vous entraînent avec une force incompréhensible pour celui qui n’a jamais foulé le continent africain.
Avec Léodine l’Africaine, Albert Russo revient sur le terrain de son enfance et nous livre une très belle réflexion sur l’Afrique des années 50 et sur le sens des origines.

SurVivantes : édition revue et augmentée

(suite…)

Murambi le livre des ossements

(suite…)

Bienvenue à Goma

(suite…)

La mémoire trouée

La mémoire trouée

(suite…)